L’automne à Bourabay

Nature

L’aura unique alimentée par la nature locale, qui transmet à chaque visiteur le désir insatiable de revenir à nouveau dans ces lieux.

Si la station est peu visitée, la saison se transformerait-elle ainsi automatiquement en saison morte ? C’est une thèse fort douteuse ! Après tout, l’absence des cris de joie des touristes ne signe pas l’arrêt de mort des forêts et des lacs. Au contraire, lorsque les gens retournent dans leur civilisation bien-aimée, la nature replonge dans sa tranquillité initiale. C'est alors que vient le temps pour les admirateurs et les connaisseurs les plus ardents !

1. Si vous voulez vraiment voir et ressentir Bourabay dans son état le plus pur, ne manquez pas de la visiter en basse-saison en automne !

2. Pour ceux qui sont plus familiers avec la région, Bourabay ne se limite pas à son lac éponyme, mais couvre l’ensemble de Köksetaw, c’est à dire tout un ensemble de pics, de plans d’eau, de rochers en granit, de pins tordus et de mousses froides.

3. L’automne local est un vestige du passé, pris au piège dans les steppes sans fin du Kazakhstan, entre les sommets des montagnes rocheuses.

4. Ces incroyables créations de la nature étaient complètement déifiées et entourées d'une aura mystique par les nomades-poètes de l’époque..

5. Chaque rocher, particulièrement celui de Okjetpes (symbole du lieu), est une histoire figée et conteur des choses miraculeuses qui se sont produites ici par le passé.

6. Bourabay, qui a donné son nom à toute cette " steppe Suisse ", est représentatif, en quelques sortes, de toutes les autres merveilles locales.

7. Ici, aux alentours, il n’y a pas moins d’une cinquante de lacs originaux, dont beaucoup ne sont pas moins pittoresques et charmants, comme les lacs Chtchoutchie, le grand et le petit Chabachye, Jukeï, et Qaratköl.

8. L’automne dans le Köksetaw classique, où dominent les arbres à feuilles persistantes, saura charmer et fasciner les spectateurs presque autant que l’Altaï royal et le mont Trans-Ili Alatau.

9. Ici c’est le nord du Kazakhstan, par conséquent, la saison dorée a souvent une durée de vie très courte et peut se terminer du jour au lendemain selon la volonté des vents des steppes qui peuvent surgir de manière inattendue.

10. Un tourbillon fou abat les feuilles, calme le murmure des bouleaux et remplit immédiatement l'atmosphère de d’autres sonorités, comme de sifflements de pins et d'herbes ainsi qu’un grondement dimensionnel.

11. En absence de vents, l'automne dans les montagnes de Kökse se distingue par un silence phénoménal.

12. À ce moment-là, vous pouvez entendre, quelque part dans la forêt, comment un écureuil gratter l’écorce avec ses petites pattes et les aiguilles de pin tombés qui craquent sous les mouvements des cerfs effrayés.

13. L’air d’ici n’a d’équivalent nulle part ailleurs dans le monde, et ce n'est pas pour rien que les plus faibles, fatigués et souffrants de maladies respiratoires venaient ici depuis l'Antiquité pour se soigner.

14. En automne, lorsqu’aux odeurs classiques du granit exposé au soleil, de l’eau du lac, des herbes florissantes et des aiguilles de pins, s’ajoutent les aromes philosophiques des steppes décolorées, des feuilles mortes, des mousses trempées et des champignons rampants, l’air de Bourabay peut non seulement guérir le corps mais aussi l’âme !

15. La fraîcheur automnale est propice aux longues promenades, ce bien et le caractère de parc des forêts locales favorise un choix libre pour le chemin à emprunter.

16. Toute ascension sur les montagnes locales, même sur la très haute Kökse à 947 mètres d’altitude, restera sûrement gravée à toujours dans votre mémoire grâce à la profondeur irréelle des distances sur plusieurs centaines de kilomètres qui s'y ouvriront devant vos yeux !

17. L’aura unique alimentée par la nature locale, qui transmet à chaque visiteur le désir insatiable de revenir à nouveau dans ces lieux.

18. Je vous assure qu'il n'est pas du tout nécessaire d'attendre un été occupé et bruyant, la rencontre avec Bourabay est appropriée à tout moment de l'année !

19. Quant à l'automne, il passe parfois trop rapidement. Il arrive souvent qu’en septembre été et hiver s’enchaînent.

20. Toutefois, qui a dit que l'hiver à Köksetaw n’était pas aussi agréable que l'automne ?