Alexander Humboldt est le fondateur de la géographie moderne

Alexander Humboldt est le fondateur de la géographie moderne

Nature

Alexander-Friedrich-Heinrich von Humboldt (1769-1859), le grand explorateur et le voyageur allemand

Alexander-Friedrich-Heinrich von Humboldt (1769-1859), le grand explorateur et le voyageur allemand, le «père de la géographie moderne», «Aristote du XIXe siècle», tachait toute sa vie de voyager en Asie centrale et dans le Tien Shan. Et pour cela, il avait de bonnes raisons, et pas seulement l'excitation de découvrir de nouvelles terres.

Attraction de la Tache Blanche

Au début du 19-ème siècle, la vaste région de l'Asie profonde représentait un énorme espace blanc sur la carte géographique. Pas un seul savant européen, et même simplement un voyageur instruit à l’esprit critique moderne, n'y est jamais allé, sur ce vaste territoire allant de Balkhash à l'Himalaya et de l'Altaï à l'Iran. Et les informations géographiques de l'époque de Humboldt reposaient encore largement sur les récits médiévaux de Marco Polo et de Xuan Zang.

Glorifié par ses nombreuses années de recherche sur la nature sauvage d'Amérique du Sud, Humboldt n'était pas un scientifique de bureau. Le lointain l'attirait irrésistiblement. L'Inde, l'Himalaya, la Chine et surtout l'Asie centrale étaient le rêve ultime. Mais la possibilité, sinon d’y aller, alors au moins de se rapprocher du rêve le plus cher, est bientôt tombée.

Cela ne s'est passé qu'en 1829, lorsque Humboldt, un scientifique de renommée mondiale, âgé de 60 ans, accompagné du naturaliste Ehrenberg et de la géologue Rosa, fit un long voyage d'étude en Sibérie à l'invitation du gouvernement russe. L'encyclopédie de Brockhaus et d'Efron témoigne de la manière dont s'est déroulée cette expédition, qui rappelait souvent le voyage officiel d'invités de marque:

«Le 12 avril 1829, Humboldt quitta Berlin avec ses compagnons G. Rosa et Ehrenberg et arriva le 1-er mai à Saint-Pétersbourg. Même à Berlin, G. reçut une facture de 1200 chervonets et à Saint-Pétersbourg il a reçu 20 000 de roubles. Partout des voitures, des appartements, des chevaux étaient préparés à l'avance; Menshenin, un fonctionnaire du département des mines connaissant l'allemand et le français, a été nommé comme guide de G. dans des endroits dangereux de la frontière asiatique, les voyageurs devaient être escortés par un convoi ...... "

Humboldt

Ridder, Ivanovski belok et Gromotukha

C'est à ce moment-là que le grand géographe est arrivé sur le territoire du Kazakhstan moderne, après avoir visité trois de ses régions extrêmes, qui à cette époque faisaient déjà partie de l'empire Russe. À l'est, la délégation-expédition s'est rendue à Semipalatinsk. Ridder, Ust-Kamenogorsk, Zyryanovsk, ils ont vu les montagnes de l'Altaï et ont navigué le long de l'Irtych. Au nord, l’expédition a traversé Petropavlovsk. A l'ouest, elle a visité Uralsk. Le séjour le plus long a eu lieu à Altai et à Priirtyshie. Alors, commençons par cette région.

... Fin juillet, Humboldt atteignit Ridder. La principale difficulté de l'expédition était que le scientifique de renommée mondiale et ses compagnons étaient accueillis avec une telle attention et une telle hospitalité, de sorte que l'on se souvenait de plus de déjeuners que de recherches. Dans ce contexte, les habitants de Ridder se distinguaient favorablement des autres. Selon les mémoires, à Ridder, Humboldt et ses camarades ont été installés dans quelques "chenils pourris", et ils ont en outre été gardés toute la journée sans nourriture! Peut-être pour cette raison, les Allemands ont-ils vu beaucoup plus de choses ici, qui pourrait échapper si le scénario typique avait été réalisé. Humboldt est descendu dans les mines, a examiné l’amont d'Ulba et a même visité les environs derrière Ivanovsky Belok,- la rivière bruyante et sauvage Gromotukha. Il écrivit avec enthousiasme dans ses lettres:

«Les sommets des montagnes environnantes, couverts de neiges éternelles, étaient la seule espèce ici; juste devant les fenêtres de mon appartement surplombait les nuages ​​Ivanovsky Belok, ayant 7500 pieds de hauteur en perpendiculaire.

... Avant le soir, Menshinine et moi, nous avons parcouru environ 10 verstespour voir la rivière Gromotukha qui, dans sa terrible chute, transporte d’énormes masses de roches différentes. Durant deux verstes, on entend son bruit, c’est la raison pour laquelle on lui a donné le nom de Gromotukha. Ici, sur les terres boisées de ces montagnes, des chèvres sauvages et des ours fuyaient souvent devant mes yeux; Les immenses forêts sont composées des plus hauts sapins, pins, bouleaux d'argent et des peupliers …

... La montagne de l'Oural a bien sûr une grande importance, mais seul l'Altaï nous a procuré la vraie joie du voyage en Asie! ”

Ust-Kamenogorsk, Zyryanovsk, Semipalatinsk

Début août, l'expédition a atteint Ust-Kamenogorsk. Ici, les marchands locaux ont organisé un dîner «assez luxuriant» avec du champagne. Et le 2 août, Humboldt et ses compagnons partirent pour la forteresse de Bukhtarma le long de la route, "qui passait par des gorges de hautes montagnes, comme si l’on passait par le Caucase".

L’objectif principal du parcours dans les profondeurs de l’Altaï, comme ailleurs, était d’étudier la nature, et en particulier - la géologie (la participation de la minérologue Rosa a ajouté son intérêt). Ce n’est pas un hasard si Zyryanovsk a fait signe avec ses riches mines d’argent, auxquelles Humboldt, comme ailleurs, s’est rendu personnellement. La mine Zyryanovsky, dans laquelle travaillaient alors 700 mineurs, donnait 500 livres d’argent par an.

Le 5 août, les chercheurs ont traversé la frontière chinoise pour se rendre à Baty (en kazakh, Kosh-tobe), un piquet de grève chinois situé sur les rives de la rivière Irtych près de Bukhtarma. Ici, Humboldt a eu une longue conversation avec un chef local, un officier de Beijing, vérifiant ses connaissances de la Chine. La réception officielle a eu lieu dans une yourte - assurée par trois traducteurs. L’un traduisait du français en russe, le deuxième traduisait du russe en mongol, et le troisième traduisait du mongol en chinois. Eh bien, vers les langues d’origine. Le lendemain, les voyageurs sont revenus aux frontières de l'Empire russe.

De Bukhtarminsk à Ust-Kamenogorsk, il a été décidé de se déplacer le long de l'Irtych, sur des radeaux. Chaque radeau était composé de trois bateaux avec un pont sur lequel se trouvait une yourte pour préserver de la pluie. Malgré le mauvais temps, ce type de rafting dans les yourtes a inspiré les Allemands. De plus, l'Irtych a coulé ici dans une gorge étroite, entourée de rochers pittoresques.

Le long de l'Irtych

Le 8 août, ils ont quitté Ust-Kamenogorsk et le 15, ils étaient à Omsk. Ils sont restés un peu à Semipalatinsk, où ils ont eu des conversations avec des chefs et des marchands kazakhs qui se sont rendus en caravanes dans la mystérieuse Asie centrale, qui était toujours cachée aux yeux des explorateurs européens.

À Semipalatinsk, il y avait quelqu'un avec qui il pouvaient parler en allemand, c’était l'officier de police local, le lieutenant-colonel von Klosterman et le commandant de la forteresse, le colonel von Kompen, venaient des Allemands de Reval. Le commandant a présenté à ses confrères célèbres des cadeaux coûteux - une peau de tigre et du bars (tigre de neige), obtenus par des chasseurs locaux. Eh bien, un dîner indispensable a été organisé chez le commerçant Popov, qui possédait une collection équitable de choses chinoises et de minéraux.

Le voyage le long de l'Irtysh fut rapide et fugace. Les savants européens se sont donc promenés en admirant les images de aouls (villages) errants, de caravanes de chameaux, de cavaliers kazakhs, galopant dans toutes directions. Ils ne se sont attardés que quelques temps à côté de sites tels que les célèbres lacs salés - Yamyshevskoe et Koryakovskoe.

Fête kazakh à Orenbourg.

Ils se sont empressés le long de la ligne Gorkoi, en traversant sur leur

Fête kazakhe à Orenburg

Ils ont passé en coup de vent le long de la route longeant la ligne Gorki. En passant la ville de Petropavlovsk. Et déjà le 9 septembre, ils ont atteint Orenburg, une autre ville qui, à l'instar d'Omsk et de Semipalatinsk, était alors considérée comme la "porte d'entrée de la Steppe".

, le 13 septembre, à la veille du départ, les autorités de la ville organisèrent pour les invités des «vacances kirghizes, avec la lutte, les courses de chevaux, les courses à pied, avec le jeu où il fallait tirer le rouble d'argent du chaudron avec bouillie, avec la musique et les chants, qui ont apparemment intéressé des savants Allemands». Malgré ce que l’objectif principale de cette expédition confortable état d’étudier la nature, cette rencontre avec les Kazakhs a beaucoup impressionné Humboldt.

 

«En tant que les points clairs, en tant que les souvenirs agréables, je dois également citer les courses de chevaux et le festival musical kirghize dans la steppe près d'Orenbourg», a-t-il écrit dans une lettre. Et dans une autre, il a ajouté: «… Une énorme masse de nomades suscite plus d'intérêt que les majestueuses rivières et les sommets enneigés. En les regardant, vous êtes mentalement transportés dans le passé, à l'ère de la grande migration des peuples. "

Regret de Khan Dzhangir

Ensuite, selon le plan, ils ont dû visiter la Caspienne. Au départ, il était prévu d’aller de l'Oural jusqu'à Guryev, à travers les terres de l'armée du cosaque de l'Oural ou à travers la horde de Bukeev. Mais ils ont décidé de ne pas prendre de risques, ces endroits étaient toujours agités à cette époque et ils passaient par Samara, Saratov et Astrakhan. Mais ils ont néanmoins passé quelques jours à Uralsk pour voir la floodland d’automne, la pêche traditionnelle cosaque de l’esturgeon dans l’Oural. Dans un tel cas, le chef local Borodin a même délibérément déplacé les délais stricts de la pêche commune vers les premiers jours de l’automne.

Ici, à Uralsk, le voyage kazakh du grand géographe allemand s’est terminé. Cependant, de façon tout à fait inattendue, il rencontra plus tard l'un des plus célèbres Kazakhs de cette époque, le khan Dzhangir Bukeyev. La réunion a eu lieu sur les rives de la Volga, au siège du prince kalmouk Seredzhab Tyumenev.

C’est là que Humboldt a rencontré «le jeune khan de la horde kirghize interne, très éduqué, parlant russe, persan et arabe, Dzhegangir Bukeyev». Le Khan a exprimé son regret que l'expédition ne soit pas passée par ses possessions et a offert le koumis à tout le monde.

Au lieu d'un épilogue

Près de deux siècles se sont écoulés depuis le voyage de Humboldt. Et celui qui veut aujourd'hui emprunter les chemins kazakhs du grand géographe entrera en contact avec des réalités et des conditions de voyage complètement différentes. En effet, au cours de cette période, non seulement les réalités politiques ont radicalement changé, même les représentations géographiques sont devenues différentes. Et surtout le mode de vie des habitants des terres des nomades d’hier a aussi subi des changements. Ainsi, ceux qui suivent maintenant partout sur les traces de l'expédition allemande trouveront des routes, des hôtels, des transports et des communications - ainsi que tous les autres attributs d'un tourisme confortable. Et si pour Humboldt lui-même, son rêve le plus cher de l’Asie centrale se limitait aux approches les plus extrêmes, tout ce qui n’était pas ouvert alors, en 1829, est ouvert maintenant à ses adeptes actuels !

se utilisée en Russie, un poud équivalait 16,38kg