Alfred Brehm, auteur de " La vie animale "

NatureCultural heritageNomadic

Les essais d’Alfred Edmund Brehm sur les steppes kazakhes et leurs habitants peuvent être attribués aux œuvres les plus poétiques du genre.

Je vous ai déjà parlé du grand géographe Alexandre de Humboldt et de sa visite au Kazakhstan. Cela a eu lieu en 1829. Au printemps 1876, un autre naturaliste allemand également renommé, auteur du livre sur la zoologie à succès " La vie animale ", Alfred Brehm s’est retrouvé dans les steppes kazakhes.

Changements dans la steppe.

En un demi-siècle, dans cette région de l’Asie intérieure, des changements radicaux ont eu lieu. Toutes les territoires sont devenus parties de l’empire russe, rendant ainsi les voyages, autrefois entreprises extrêmes, en voyages banales, à travers les stations avec tavernes, auberges et chevaux, ou chameaux. Cependant, ces endroits, dans la perception européenne, restaient peu connus et exotiques, en attirant ainsi argents et efforts, et ce en grandes quantités. Malgré l’apparition d’une infrastructure sophistiquée, les distances dans la steppe ne se sont pas rapprochées considérablement. Le climat, avec son imprévisibilité ordinaire et son continentalité prévisible, n’a pas changé non plus.

Le voyage des allemands en Sibérie et au Kazakhstan était une sorte d’expédition pour les européens, mais dans la manière dont elle a été menée, elle ressemblait plus à du tourisme scientifique.

Les compagnons de voyage.

Alfred Brehm (1829 – 1884) n’était pas le principal et non le seul participant, bien qu’il ait été le plus important, de l’expédition, équipé avec la participation de la société de géographie de Brême et placé sous le haut patronage du compte Karl von Waldburg-Zeil. Le graphe lui-même, qui a étudié à l’académie de foresterie et d’agriculture et à l’université de Leipzig, s’était engagé dans la collecte d’herbiers au cours de la campagne et était en charge.

Otto Finsch (1839 – 1917) était un autre zoologiste allemand renommé et devenu célèbre pour son étude sur les perroquets dans les îles de l’océan Pacifique. L’expédition a été financée par le célèbre marchand-mécène russe Alexander Sibiriakov, qui y a investi 20 000 marks.

L’honorable ethnographe et chercheur sur l’Asie intérieure, Vladimir Poltoratsky, alors gouverneur de la région de Semey, accompagnait également l’expédition avec son épouse Lyubov Poltoraskaya, qui jouissait également d’une renommée scientifique pour ses travaux en géographie et en ethnographie. 

En route. Une steppe infinie.

La route traversait le territoire du Kazakhstan moderne dans deux régions, régions de Semey et de Jetisú, ainsi que l’Altaï, Zaïssan, Tarbagataï, Alaköl, et le Jungar Alatau. Brehm n’est pas allé plus loin que Lepsinsk.

La majeure partie de la route était menée sur les étendues des steppes. Néanmoins, de près, le voyage n’était pas aussi monotone qu’on pourrait le penser depuis l’Allemagne. En comparant les images des steppes avec les paysages laissés dans leur pays natal, Brehm a écrit :

« Il serait injuste de prétendre que la steppe est complètement dépourvue de paysages attrayants et même majestueux. La plaine du nord de l’Allemagne est davantage monotone et désolée que la steppe […] La végétation de la steppe est très riche en espèces, beaucoup plus riche qu’on le croirait et que ce que je pensais autrefois sans l’avoir vu. »

Il faut dire que les allemands ont eu la chance avec la météo et la période de l’année. La steppe printanière laisse rarement indifférent même les habitants locaux. Que disent les invités :

« Le printemps peut paraître puissant dans les pays tropicaux, mais nulle part, elle ne produit un tel effet enchanteur comme dans les steppes, qui survit les étés, automnes et hivers […] Avec la flore, le printemps réveille la vie animale dans la steppe […] Le peu d’animaux propres à la région apparaissent en grande quantité et partout en même temps, se jetant ainsi aux yeux. »

Les naturistes ont eu de la chance avec l’ère de leur visite. À la fin du XIXème siècle, la nature du Kazakhstan était beaucoup plus dense avec des animaux de toutes sortes. Voici une observation caractéristique de l’auteur de « La vie des animaux » :

« Lorsque nous conduisions le 3 juin 1876 entre le lac Zaïssan et l’Altaï, à travers une steppe désertique, nous avons rencontré au moins une quinzaine d’ânes sauvages d’Asie au cours de la matinée. » 

Ce n’est pas un hasard si l’expédition a rassemblé très rapidement une collection assez importante de mammifères, d’amphibiens (150 spécimens) et de poissons (400 spécimens). 560 carcasses ont été emmenées en Allemagne, dont la plupart des poissons. En outre, des milliers d'insectes, une masse de minéraux, de roches, de feuilles de plantes séchées et même des articles ménagers de la population kazakhe sont devenus la proie des scientifiques. Tout cela est devenu matière pour de nombreuses expositions organisées à leur retour en Allemagne. Plus tard, ils ont élargi les expositions de nombreux musées européens. Il est fort probable qu’il y ait encore des matières stockées là-bas même aujourd'hui !

Brehm à propos des kazakhs : « une impression très positive sur un observateur impartial »

Enchanté (et fasciné) par la vie libre des nomades, Alfred Brehm était constamment distrait de son observation de la nature par une forte attention portée sur la population, ce dont en témoignent éloquemment ses notes, peut-être, moins précieuses sur le plan scientifique, mais beaucoup plus révélatrices sur la vie des kazakhs des régions de Semey et de Jetisú de l’époque. Voici quelques extraits caractéristiques de Brehm sur les kazakhs, à l’époque appelés erronément « kirghizes » :

« Les kirghizes sont un véritable peuple de cavaliers : sans cheval, il est difficile de les imaginer. Ils grandissent avec des poulains et chacun d’entre eux vit inséparablement avec son cheval jusqu'à sa mort.

« Chez le chasseur kirghize, le courage s’allie à l’endurance. Il fait preuve d'une capacité remarquable non seulement dans l'équitation, mais également dans l'art de piéger et de suivre leurs proies. »

« Le kirghize attache beaucoup d'importance au travail mental. Son esprit agile et vif nécessite une nourriture constante ; il aime non seulement les divertissements simples et légers mais également les divertissements plus sérieux de tous genres […] »

« Il est facile de comprendre que ces personnes ont un grand respect pour les chanteurs et les conteurs. À cet égard, ils sont tous égaux, qu’ils soient riches ou pauvres, nobles ou simples, éduqués ou non instruits. Leur langage sonore, quoique dur […] est extraordinairement expressif. »

« Conscients de leur force et de leur agilité, de leur dextérité en équitation et dans la chasse, de leur don pour la poésie et d’une forte agilité mentale en général, d’un sentiment d'indépendance et de liberté, ce que la grande steppe provoque en eux, sont une preuve de la confiance et de la dignité des kirghizes. Ainsi, cela laisse une impression très positive sur un observateur impartial, surtout lorsque vous êtes au plus près. C’est ce que j’ai ressenti moi-même et avec quoi nous étions du même avis avec les russes, qui entretiennent une relation de longue date avec eux. »

Les kazakhs à propos de Brehm : « grand nez ! »

Nous avons rarement l'occasion d'entendre l’avis opposé, mais qu’en pensent nos héros, des essais de voyages, sur ces voyageurs ? Comment les aperçoivent-ils ? Dans le cas de Brehm, nous pouvons répondre à cela grâce aux écrits de Vladimir Proskourine, un historien kazakh local réputé qui s’est installé en Allemagne. Selon ses dires :

« Dans la mémoire des habitants de la région, le chasseur allemand est resté surnommé « ólken nemes » (signifiant grand allemand) ou « zor muryn » (signifiant grand nez). Brehm aimait traduire les « rhapsodies des steppes » à sa propre manière, lisait aux habitants de villages, qui se rassemblés autour, du Faust […]. »

Le nez de Brehm a marqué les habitants des villages, voici ce qu’en disait l’historien local d'Omsk, Ivan Slovtsov :

« […] Costaud, âgé de quarante-sept ans […] cheveux plaqués en arrière, comme un jeune diacre, des cheveux bouclés, et avec un nez énorme et extraordinaire […] animé, énergique, blagueur […]. »

Au lieu d'un épilogue. Transformation de l'âme.

Les essais d’Alfred Brehm sur les steppes kazakhes et leurs habitants peuvent être attribués aux œuvres les plus poétiques du genre. Il est curieux que ces lignes enthousiastes et romantiques soient écrites par un homme qui ne se distinguait pas du tout initialement par un humanisme, le politiquement correct et la complémentarité. Il suffit de rappeler son premier voyage soudanais, dans lequel le jeune allemand ne s'est jamais séparé de son fouet en peau d’hippopotame […].

Les voyages sont importants pour la raison qu’ils changent la personne lors de chaque retour chez soi, avec un bagage de nouvelles connaissances et une âme transformée, et si cela ne se produit pas, cela signifie qu’il ne s’agissait tout simplement pas d’un vrai voyage.



« La vie animale »
« La vie animale »

Add your photo

Choose one or more photo