Feu et Glace. Almaty.

Feu et Glace. Almaty.

City Break

Almaty est une ville des contrastes dans sa nature environnante.

Almaty est une ville des contrastes dans sa nature environnante. Elle est située exactement à la limite de deux éléments géographiques totalement opposés l’un de l’autre. D'un côté, vous avez l’une des plus grandes régions montagneuses de la planète, qui s’étend d’ici jusqu’à l'Himalaya et se termine dans la plaine indo-gangétique basse et chaude, avec de l'autre côté, les immenses surfaces de la Grande Steppe, qui traversent les plaines de la Sibérie occidentale jusqu'à l'océan Arctique glacé. Nous pouvons dire que les frontières d’Almaty se trouvent à distance égale entre la chaleur tropicale et le froid arctique. En été, cette particularité est visible à l’œil nue et ce en même temps dans les rues de la mégapole.

Créée par la nature !

La particularité de cette région est visible sur les cartes géographiques. Les monts Trans-Ili qui s’élèvent brusquement au-dessus de la ville jusqu’à une hauteur de quatre kilomètres, sont à cette image. Il s’agit d’un phénomène plutôt rare sur Terre car, habituellement, les sommets des hautes montagnes sont éloignés par une longue bande de collines qui rend difficile voire impossible la possibilité de les voir depuis la ville.

À ce propos, le nom " Zailisky " attribué aux monts Trans-Ili, à la crête du nord du Tian Shan, fut mentionné pour la première fois depuis la plume de Peter Semyonov (avant que cette région soit nommée le Tian Shan), qui l’a visité pour la première fois lors d’une excursion scientifique en 1856 :

«Le 29 août […] en traversant la crête de porphyre […] j'ai vu avec étonnement et ceci pour la première fois, à travers une distance brumeuse, le brillant géant sommet avec sa neige éternelle, le Zailisky Alatau.»

Semenov a été le premier à comprendre le caractère unique de la ville d’Almaty :

« Nulle part en Eurasie, n’ai-je réussi à voir autant de montagnes aussi hautes, ni dans les Alpes suisses, ni dans le Caucase, ni au Turkestan et ni même dans le Tian Shan, les gigantesques sommets de neige ne sont visibles qu’en haute altitude et n’atteignent pas plus de 4000-4500 mètres au-dessus du spectateur, et c’est la hauteur à laquelle s'élève la crête du Zailiisky Alatau, directement au-dessus de la plaine d'Ili ».

Une géographie contemplative

À Almaty, la géographie est contemplative ! Si vous montez un jour clair et dégagé, idéalement après une pluie nocturne, dans la partie supérieure de la ville au niveau de l'avenue Satpayev, et si vous vous placez au coin d'une rue allant du sud au nord, vous verrez alors une image étonnante que vous ne pourrez voir nulle part ailleurs. Au nord, au-delà de la périphérie urbaine, il y aura une plaine sans fin qui se termine par une ligne droite dans l'horizon, tandis que dans le sud, le magnifique sommet des monts Trans-Ili apparaîtra sous les yeux dans toute sa splendeur.

En tournant vers le nord, vous pourrez voir également des collines jaunes : un véritable désert de sable, Muyunkum, qui encadre le plateau Karai asséché par les vents venant de l’est. Les sables de Muyunkum s'étendent le long d’une bande étroite au-delà de la rivière Kaskelen et s'approchent du réservoir de Kapchagaï. Du centre-ville jusqu’au désert, il faut compter environ 25 kilomètres.

Si quelqu'un doute de la réalité du désert de Muyunkum, il doutera en vain puisqu’il y a tout ce dont possède un vrai désert, sauf peut-être ici dans notre cas des caravanes de chameaux. Vous y trouverez des dunes, des saxaouls, une chaleur intolérable, des tempêtes de sable, des tortues et des serpents !

Faisons maintenant un tour à 180 degrés, vers les montagnes. Qu'est-ce qui brille si aveuglément au sommet des montagnes projetant les rayons du soleil de midi ? De vrais glaciers de montagne, sources supérieures des rivières Malaya Almatinka (ou Kishi Almaty) et Talgar !

Des glaciers de plusieurs centaines de mètres d'épaisseur et de plusieurs kilomètres de long couvrent les vertigineuses vallées et pendent des sommets alpins. Ils ont tout ce qui les rend ont rendu célèbres, beaux et dangereux : des fissures sans fond, rivières disparaissant dans les trous des glaces, des bassins d’eau dans lesquels des morceaux de glace se brisent constamment et un esprit polaire dérangeant émanant de cet environnement. Vous pouvez les rejoindre depuis la ville en parcourant une distance d’environ 25 kilomètres.

À Almaty, seulement 50 kilomètres séparent la glace de la flamme, et la majeure partie de l'espace qui les sépare est occupée par des rues et des quartiers de la ville.

Vous pouvez laisser vos bottes de randonnée à la maison

Ainsi, il se produit dans notre ville une transformation fantastique des principes de la nature terrestre. Une zonalité latitudinale s’alterne avec des ceintures d’altitude. Si la distance entre la ceinture de désert de l’Équateur et la glace éternelle de l'Arctique s’étend sur plusieurs milliers de kilomètres à travers les steppes, les forêts, la taïga, la toundra, etc. Ici, cet écart est d’un ordre visuel !

D'où la particularité, récréative et géographique, unique d'Almaty que l'on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre. Seulement ici, en quelques heures, chacun peut passer, et voir au passage tout ce que l’on retrouve, entre une zone désertique chaude et une région arctique froide, tout en se déplaçant en transports en commun !

La position extrêmement avantageuse de la métropole offre des opportunités uniques en termes de développement de sports de montagne, du tourisme et de divers types d'activités de plein air. Monter sur les nombreux pics d’une hauteur de quatre mille mètres est comme une simple promenade du dimanche pour nos alpinistes, on le fait en une journée. À Almaty, on pratique l’alpinisme de week-end.

C’est-à-dire que, théoriquement, les visiteurs de la ville de Kapchagaï, ville satellite au bord du désert de Muyunkum, après une partie de jeu nocturne dans l’un de ses casinos, peuvent se rendre tôt le matin à la montagne, sans encombrements supplémentaires, et atteindre le sommet d’Abaï à 4010 m d’altitude. Le soir même, avec satisfaction, ils peuvent descendre jusqu’à la ville et profiter d’un dîner dans un des beaux restaurants de l’ancienne capitale, très nombreux dans la métropole.

Soyons d’accord, c’est un plan plutôt alléchant ! La nature nous offre ici cette, unique en son genre, possibilité ! Alors pourquoi ne pas en profiter ?

Photos:

1. Lac près du glacier Bogdanovich, l’un des plus proches d’Almaty.

2.Barkhanes dans le désert de Muyunkum.

3. Floraison d’abricots avec dans le fond une vue sur les montagnes enneigées - photo d’Almaty.

4. Vue sur le ville, panorama depuis Kok-Tobe, la colline la plus proche.

5. Les sommets des monts Trans-Ili visibles depuis partout à Almaty.

Similar publications