La fête du printemps: comment le Naouryz est célébré au Kazakhstan.

NomadicEvents

Le Naouryz symbolise le renouvellement de la nature et de l'homme, la purification de l'âme et le début d'une nouvelle vie. Comment Naouryz est célébré au Kazakhstan aujourd'hui et comment nos ancêtres l'ont célébré.

Le 21 mars est un jour de l'équinoxe vernal. Le jour où la chaleur du printemps très attendue vient remplacer le froid féroce, lorsque les oiseaux des endroits chauds retournent dans leurs lieux de nidification, franchissant des milliers de kilomètres, ce jour est célébré depuis des siècles par tous les peuples turcs. Et il s'appelle - Naouryz meiramy. En persan «Navruz» signifie le «nouveau jour». Son orthographe et sa prononciation diffèrent dans les pays différents - Novruz, Navruz, Nuruz, Nevruz, Nooruz, au Kazakhstan – le Naouryz.

Selon le docteur en sciences de l'art, le professeur, culturologue Assiya Mukhambetova, Oulistin Ouli kuni (Nouvel An), maintenant appelé le Naouryz, fait partie intégrante de l'ancien calendrier cyclique de la tengrisme. «Le calendrier cyclique de la tengrisme, aujourd'hui mieux connu sous le nom du «calendrier animalier, chinois ou oriental de 12 ans», a été la base de la civilisation nomade et le régleur de tous les aspects de la vie de la société nomade, - écrit Assiya Ibadullaevna dans l'une de ses nombreuses œuvres. - Les Kazakhs l'appelaient muchel (mouchel), et le cycle animalier de 12 ans lui-même, qui était sa base, s'appelait aussi muchel. Il était connu à chaque Kazakh, parce que les nomades comptaient les années de vie précisément par les muchels. Et chacun connaissait son âge. Ce calendrier est une source précieuse pour étudier la vision traditionnelle du monde, la vie spirituelle et le caractère national».

L'origine de la fête de Naouryz remonte à l'antiquité, selon certains scientifiques, elle est liée à l'ancien culte iranien du Soleil et au nom du prophète légendaire Zarathushtra. Cependant, toutes les fêtes solaires (les fêtes du solstice) sont les plus anciennes de la planète, qui étaient claires pour les peuples nomades et sédentaires. À l’époque les gens étaient plus près de la nature, l'ont observée, ont compris les rythmes solaires-lunaires.

Plus tard, la célébration de l'arrivée du printemps est mentionnée dans des chroniques historiques sur les Kalmouks, les Sakas et les Huns. À l'époque de la Horde d'or, le Naouryz, comme aujourd'hui, avait le statut du jour férié.

Traditionnellement, toutes les fêtes solaires sont liées à la rencontre de l'aube, la salutation du soleil avec les bras ouverts. L’homme laisse entrer un nouveau soleil, un nouveau jour dans une maison propre, dans un corps propre. Le jour de l'équinoxe, la lumière prend toute sa force et elle est prête à franchir le bord du bol ... C'est une période où tout prend naissance.

Traditionnellement, toutes les fêtes solaires sont liées à la rencontre de l'aube, la salutation du soleil avec les bras ouverts. L’homme laisse entrer un nouveau soleil, un nouveau jour dans une maison propre, dans un corps propre. Le jour de l'équinoxe, la lumière prend toute sa force et elle est prête à franchir le bord du bol ... C'est une période où tout prend naissance.

Pour les kazakhs nomades, le changement des saisons de l'année était d'une grande importance, dont le plus dur était l'hiver (la période de l'hivernage) - kystaou. Dans le calendrier de 12 cycles, les jutes (la mort massive de bétail) ont lieu tous les cinq-six ans. Toute sortie d'hiver, quand les gens et le bétail survivaient, était déjà considérée comme le bonheur. C’est pourquoi la transition vers «kokteou» est, bien sûr, le renouvellement et le bonheur.


Pour le peuple kazakh, le Naouryz, ainsi que pour beaucoup d'autres, a longtemps été considéré comme le début du changement, ils ont préparé pour cette fête quelques semaines à l’avance.

En l'honneur de la fête, les gens ont préparé à l'avance des robes ou des costumes lumineux de héros de contes de fées. Les gens se sont réunis sur la place centrale du village et ont dansé. La fête était accompagnée de chansons sans cesse. Les akyns ont concouru dans la maîtrise des mots.

La fête ne pouvait pas se passer de sports traditionnels, tels que le koures - la lutte nationale kazakhe, togyz koumalak - un jeu de société logique, la baiga - les courses de chevaux sur un terrain accidenté à une distance de 5 à 15 km.

Comme pour toute grande fête, il était habituel de dresser un riche dastarkhan (table) lors de la célébration du Naouryz. Avant et après le repas, les prières étaient lues au nom des ancêtres. Naouryz-koje (le bouillon de viande avec des composants laitiers ou végétaux) doit être sur la table de fête.


La célébration du Naouryz aujourd’hui

Dans le Kazakhstan moderne, le Naouryz est célébré pendant trois jours - du 21 mars au 23 mars. Conformément à la législation ces jours-ci sont des jours fériés dans la république.

Les grands principes et traditions de la fête n'ont pas quasiment changé. Comme auparavant, les gens se souhaitent du bien-être. Le nettoyage des zones du parc, la plantation de plants, les festivals à grande échelle, les performances des artistes kazakhs préférés, les compétitions culinaires dans la préparation du pilaf et du naouryz-koje, des tournois sportifs nationaux sont organisés dans les villes et les villages.

Chaque année, la capitale du Kazakhstan - la ville d'Astana - se distingue par le programme culturel et de divertissement très riche. Les principaux événements, selon la tradition, se déroulent dans des zones ouvertes de la ville et sur le territoire de l'exposition «EXPO».

Selon les anciennes traditions au Kazakhstan occidental, le Naouryz commence à être célébré de manière informelle deux semaines avant la date désignée par l'État comme jour de congé.

Des ethno-villages sont organisés dans toutes les grandes villes, où dès le petit matin, les citadins sont invités à goûter Naouryz-koje et les baursaks. Des concerts, des spéctacles théâtrals, des spectacles de funambules, des concours et de divers compétitions sportives sont organisés près de la ville de yourte. Dans le même temps, il y a une exposition d'artisans présentant des produits d'arts décoratifs et appliqués et une foire agricole où des produits laitiers nationaux tels que kourt, irimshik, zhent, sarymay et suzbe sont offerts.

Les résidents de la région de Tourkestan célèbrent le Naouryz avec une portée spéciale. Tourkestan est en fait la capitale culturelle du monde turc. Un ethno-village est également créé près du mausolée de Khoja Akhmet Yassaui: les yourtes, les balançoires altybakanes, les dastarkhans regorgeant des plats nationaux. Au sens littéral, des tonnes de pilaf et mille litres de Naouryz-koje attendent les invités.


De plus, ici au sud, la présentation des caravanes de chameaux et de chevaux est traditionnelle. Ainsi, le peuple met l'accent sur son bien-être, remercie la puissance supérieure pour cela.

Mais il ne faut pas penser que le Naouryz est intéressant à célébrer uniquement dans les grandes villes, où il y a beaucoup de personnes et la fête est célébrée de manière très pompeuse. Le Naouryz dans les régions est intéressant pour son originalité. Là-bas, le peuple local, par exemple, peut se permettre d'organiser des compétitions essentiellement nationales, ce qui ne peut pas se faire au centre d'une mégalopole. Là, vous pouvez voir comment les hommes jettent un bélier vivant sur leurs épaules et rivalisent entre eux qui s'asseoiront plus d'une fois avec une telle charge. Et, bien sûr, un vrai kokpar ou baiga sont très spectaculaires, des compétitions impossibles sur les places des grandes villes. C’est pourquoi cela vaut la peine de réfléchir à l'avance: que voulez-vous voir? Un ethno-village stylisé et un spectacle théâtral dans la ville ou la vie presque réelle des nomades dans un village éloigné? En tout cas, ni l'un ni l'autre ne vous laisseront indifférent!

Similar publications