Des plats uniques dans différentes régions du Kazakhstan

Food & DrinkNomadic

Présentations de plats nationaux dans différentes régions du Kazakhstan

Des plats uniques dans différentes régions du Kazakhstan

La formation de la cuisine kazakhe s'est faite sous l'influence de nombreux facteurs: la mode de vie nomade, la transition progressive vers la vie sédentaire, les transformations à grande échelle de l'économie nationale. Il est très intéressant de noter que la vaste superficie du pays et sa diversité géographique ont également joué un rôle important dans la diversité du menu national (la transition des steppes et des plaines en chaînes de montagnes, la modification des déserts arides en sols fertiles avec lacs, forêts et rivières, etc.). En d'autres termes, dans différentes régions, les mêmes plats pourraient être préparés différemment : dans les régions froides - les gens mangeaient plus de viande, la nourriture était grasse et consistante, dans les régions chaudes, ils ajoutaient beaucoup de légumes et de céréales, dans la région caspienne, le poisson remplaçait souvent la viande. En conséquence, une caractéristique remarquable de la cuisine kazakhe était le manque de cadres de recette stricts et de règles pour servir les mêmes plats. Bien entendu, cette approche vous permet de faire pleinement l'expérience de la saveur et de la diversité nationales de la culture kazakhe.

Quels plats et comment sont cuisinés dans différentes régions du pays

La grande superficie du territoire, les particularités du relief, du climat et du mode de vie, expliquent certaines différences de comportement alimentaire dans différentes régions du Kazakhstan. Cela a conduit au fait que, en plus de recettes variées, il existe des plats vraiment uniques inhérents à une région donnée, au-delà de laquelle ces plats ne sont même pas connus. Et maintenant, nous allons vous en présenter quelques-uns.

Kazakhstan du Sud. Vous devez absolument venir ici si vous êtes un grand amateur de délicieux plats de viande nationaux, et les restaurateurs locaux se connaissent en leur préparation.

  • Le syrné est un plat assez courant, mais il était particulièrement apprécié dans les régions du sud du Kazakhstan. Il est très tendre, trempé dans de la crème ou du lait de jument, la viande d'agneau qui n'a pas encore atteint l'âge d'un mois. Longtemps mijoté sur un feu lent, il se ramollit tellement qu'il se décolle des os minces.
  • Dans les régions limitrophes de la Chine, on se souvient encore de la recette de kissé kouyrdak, préparée à partir d’abats frais, immédiatement après l’abattage du bétail: les poumons bien lavés, le foie, les rognons imbibés d’eau, une cicatrice (section gastrique), des entrailles et une petite quantité de viande sont hachés finement, mélangés avec les épices sont frits dans un chaudron, avec une grande quantité d'ail pour affaiblir une odeur spécifique.
  • Non seulement l'ouest du Kazakhstan est réputé pour son industrie de la pêche - le sud et le sud-est du pays abrite également un plat de pêche intéressant, dont l'histoire remonte à au moins cinq siècles. On l'appelle karma, l'accent étant mis sur la dernière syllabe caractéristique du discours kazakh. La recette est assez simple: le poisson bouilli (de préférence la carpe ou le sandre, de sorte que la viande soit tendre et juteuse, sans petits os) est coupé en petits morceaux et mélangé à de la pâte broyée, abondamment parfumée au beurre, parfois additionnée de bouillon restant de la cuisson du poisson. Cela s'avère être un plat très satisfaisant et savoureux, une sorte de la soupe au poisson à l'orientale.
  • Dans la partie ud-est du Kazakhstan, recouverte de grandes chaînes de montagnes, un plat assez spécifique, le zhaubuyrek, était et reste le mets recherché des chasseurs habiles. Certes, l'atmosphère même de sa préparation est déjà fascinante. Imaginez juste : immédiatement après une chasse réussie à l'argali ou à la chèvre de montagne, le foie et les reins de la proie sont plantés sur des bâtons pointus, parsemés d'oignons sauvages parfumés et grillés au feu.
  • Le Besbarmak, dans le sud du pays, est traditionnellement préparé à partir de la viande fraîche et des plus fines késpé les plus délicates (gâteaux plats de la pâte). Mais dans la région de Kyzylorda, vous pouvez goûter à sa variation la plus inhabituelle : le riz au lieu des couches de nouilles carrées habituelles.
  • Les Baursaks célèbres et aimés dans le monde sont aussi légèrement différents ici. Leur «point fort» est que du fromage cottage blanc et doux est ajouté à la pâte. Les boulettes frites appétissantes sont tendres, juteuses, très savoureuses et satisfaisantes.

Kazakhstan central et oriental: des pâtisseries incroyablement savoureuses et une recette originale de besbarmak.

  • Les habitants de ces régions préfèrent les plats à base de viande, mais la proximité de la Chine et des centres agricoles du pays ont influencé la présence d'une quantité considérable de légumes dans l'alimentation. Cependant, cela n'a pas affecté le besbarmak: on préfère ne pas ajouter de pommes de terre ici, ne pas mettre trop d'oignons dans le sorpa, mais on n'épargne pas la viande et en utilisent souvent plusieurs variétés (la viande de cheval, le bœuf, l’agneau). Kazy (la saucisse à partir de viande grasse des côtes d'un cheval) est placé directement sur le plat entier et non comme collation à part, comme dans d'autres régions.
  • Le Zhappa est également un type de kuyrdak, qui a apparu grâce aux Kazakhs du Kazakhstan central. C’est exactement le moment où des légumes (les oignons, les poivrons) sont ajoutés au plat de viande traditionnel et, après la friture, ils sont complètement recouverts d’une fine couche de pâte sans levure, pour servir ce plat en beauté. En quelques minutes, il est cuit à point à la vapeur, en se trempant dans le jus de viande et dans le parfum des épices avec des légumes.
  • Le plat Shi Baursaks peut être attribué à la cuisson traditionnelle du Kazakhstan oriental. Ils se distinguent des autres par leur petite taille, sous la forme de fines pailles et, bien sûr, par leur goût incroyable. Shi Baursaki est cuit à partir d'une pâte spéciale, alors ils deviennent croustillants et sucrés. Ceci est vraiment très savoureux et tous ceux qui les goûtent, essaient ensuite de cuisiner eux-mêmes. Mais comme vous le savez, les vrais shi baursaks ne sont bons que si ce plat est préparé par les gens qui ont absorbé cette recette avec le lait de leur mère.
  • Le plat Barmaki. C'est aussi une sous-espèce des Baursaks, largement répandue dans le centre et l'est du Kazakhstan. Ils sont fabriqués sous la forme de bâtons longs et minces, un peu comme les doigts. Il est particulièrement savoureux de les tremper dans une crème douce grasse ou une crème fraiche et de prendre du thé parfumé à même temps,c’est un vrai régal!
  • Le plat Ussak baoursak. Enfin, on ne manquera pas de mentionner cette sous-espèce particulière de la boulangerie nationale, souvent appelée «pop-corn kazakh». Ce sont de minuscules boules croquantes que vous voulez ronger sans vous arrêter - elles fondent instantanément dans la bouche. Comme du vrai pop-corn, seulement plus savoureux! Les Kazakhstanais modernes les aiment tant qu'ils peuvent désormais acheter des mini-baoursaks dans des boîtes dans presque tous les grands supermarchés.

Severe North Kazakhstan: ici, on aiment tous les types de la viande et savent le cuisiner pour que vous reveniez ici afin de le goûter plusieurs fois!

  • Sogym est une viande que les Kazakhs préparent pour l'hiver, en abattant un cheval ou un taureau. Mais dans les régions du nord (région du nord du Kazakhstan), son stockage a été pris très au sérieux, ce qui a permis d'obtenir un plat indépendant qui s’appelle « et oustaou ». Pour augmenter la durée de conservation, les parties les plus juteuses et les plus délicieuses sont fumées sur l'écorce de jeune bouleau. La viande fumée à chaud est incroyablement savoureuse et douce.
  • Shelpek –sont des gâteaux plats comme une tradition du vendredi, qui peuvent être goûtés dans n'importe quelle partie du pays. On les mange en se souvenant des ancêtres, en disant des mots aimables aux parents et aux leurs amis, en les offrants aux voisins. Mais ici, ils sont préparées partout de différentes manières: dans le nord (et également dans le centre et dans l'est du pays), le vendredi, les ménagères kazakhes roulent sept gâteaux minces identiques à partir de pâte sans levain et les font frire dans de grandes quantités d'huile (parfois de graisse de queue de mouton out toute autre graisse). Mais dans les régions du sud, on préfère de préparer les shelpeks à partir de la pâte à la levure, ils deviennent donc plus épais et plus magnifiques.
  • Kazy - En fait, cette saucisse de viande de cheval faite maison est cuite dans tout le Kazakhstan mais, selon de nombreux Kazakhstanais, dans le nord-est du pays, dans des villes comme Semey et Pavlodar, elle s'avère particulièrement savoureuse. Les habitants gardent le secret de leur goût unique, donc si vous voulez goûter le meilleur kazy, allez-y tout de suite.
  • Enfin, quelques mots sur le besbarmak dans les régions du nord du Kazakhstan. On ne le sert ici que dans un grand plat traditionnel - l'astabaque (ou astau). Le fond de l’astabak est recouvert d’une couche de pâte (kespe) sur laquelle sont déposés de très gros morceaux de viande, qui doivent ensuite être coupés. Toute cette splendeur est couronnée par le kazy.

Motifs marins dans l'ouest du Kazakhstan. L’exclusif, pour lequel il vaut vraiment la peine de venir ici.

Tout le monde est habitué au fait que le plat besbarmak est la carte de visite du Kazakhstan, la quintessence de la cuisine des nomades, à base de viande. Mais peu de gens savent que dans les régions occidentales du pays les plus proches de la mer Caspienne, depuis des siècles ce plat est préparé avec du poisson. Le plus souvent, il s'agit de carpes (en raison de la viande très tendre). La viande de béluga (poisson de la famille des esturgeons) était utilisée auparavant, mais elle est aujourd'hui répertoriée dans le Livre rouge. En plus du kespe de la pâte molle délicieuse, de jeunes pommes de terre et du sorpa sucré saturé avec des oignons y sont également ajoutés. Tous ceux qui tentent une telle alternative sont ravis du goût raffiné et de la tendresse de ce plat! En outre, il s'avère être beaucoup plus diététique et ne crée pas de lourdeur dans l'estomac.

Nous vous avons donc parlé des plats nationaux qui sont le plus souvent préparés dans certaines régions du pays, ainsi que de leurs variations dans le service. Mais nous ne pouvons pas manquer de mentionner qu'en plus de tout ce qui précède, de nombreuses autres recettes étonnantes sont tout simplement impossibles à intégrer dans un article. Et nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir les partager avec nos rédacteurs.

Voyager pour manger

Une telle abondance de plats inhabituels, liés par leur histoire d'origine à certaines régions du pays, devient une condition préalable essentielle au développement d'un nouveau format de tourisme au Kazakhstan - gastronomique. De nombreux touristes étrangers tentés par les voyages viennent souvent ici, non seulement pour admirer les merveilles de la nature locale, mais également pour goûter à la nourriture étonnante des nomades, pour toucher leur vie, leur culture et leurs traditions anciennes. Même les Kazakhstanais eux-mêmes aiment se rendre de temps en temps dans différentes régions du pays pour découvrir quelque chose de nouveau et d’intéressant à propos de leur peuple. Après tout, le Kazakhstan est si diversifié, beau, distinctif et hospitalier, qui ne ressemble à aucun autre État du monde.

Similar publications