Monuments historiques de la Horde d'or et du Khanat kazakh

Cultural heritage

Cet article est dédié à tous les amoureux de l’histoire du peuple kazakh, des anciennes légendes et des anciennes croyances.

L'histoire de notre pays, depuis sa création jusqu’à sa formation comme État souverain actuel et indépendant, compte plusieurs centaines d’années. Néanmoins, nous ne pouvons pas la caractériser comme ayant été pacifique et linéaire, car le peuple nomade, qui parcouraient les vastes steppes au centre de l'Eurasie depuis des siècles, a subi de nombreux changements, guerres et famines. Ils ont dû faire face aux nombreuses années sous la tyrannie de l’empire Russe et sous la pression de la part des jungars, des oirats et des chinois. Malgré ces difficultés, l’identité et l’esprit du peuple kazakh sont restés intacts jusqu’à nos jours et continuent de vivre sur le territoire des grandes steppes. Au cœur de l’Eurasie, cette terre a accueilli de nombreuses routes de caravanes qui ont permis la création de magnifiques monuments historiques et architecturaux.

La création du Kazakhstan moderne se doit à la Horde d’or, État médiéval qui a reçu son indépendance en l’an 1266 et qui, en l’an 1320, a adopté l’Islam comme religion d’État. Sur le territoire de la Horde fut fondé plus tard le Khanat kazakh qui réunît sous son aile tous les tribus nomades instaurant paix dans la grande steppe autrefois agitée. Au 17ième siècle, le Khanat kazakh comptait plus d’un million de personnes. Cet État souverain fort et prospère connu plus tard beaucoup de tourments pendant ses quatre cent années d’existence. Néanmoins, il réussit à devenir le Kazakhstan indépendant et moderne tel que nous le connaissons aujourd’hui avec son riche passé et sa culture unique.

Mausolée d'Alash Khan

Bien évidemment, une histoire nationale riche de plusieurs siècles n’aurait pas pu laisser le territoire sans traces et sans monuments architecturaux depuis l’époque de la Horde d’or. L’un des plus anciens monuments date du début du Moyen Âge, entre le 11ième et 12ième siècle, il s’agit du mausolée d’Alash Khan, l’un des chefs les plus célèbres des tribus kazakhes. Sa gloire était répandue dans toute la steppe. Il existe même une croyance selon laquelle la division des kazakhs selon les jüz est apparue de lui. Plusieurs peuples modernes le considèrent comme père de leur nation (bachkirs, kirghizes, karakalpaks et les kazakhs).

Le mausolée en lui-même est également très différent de beaucoup d'autres constructions médiévales. Son style architectural est d’une grande rareté pour l'Asie centrale. Néanmoins, c'est grâce à ce style que le bâtiment a l'air monumental, solennel et très impressionnant. Le respect précis des proportions, la petite quantité de décors sobres, les puissantes colonnes hexagonales et l’arche profonde créent un ensemble d’une saveur orientale avec toute la sévérité des steppes. C’est une vue très impressionnante.

Il est à noter:

Vous pouvez vous y rendre en voiture, regarder et photographier gratuitement le monument. L'essentiel est d'être prêt pour un voyage dans une steppe aride, sous un soleil brûlant, surtout pendant la saison chaude. Nous vous conseillons de le visiter au printemps, quand la steppe fleurit et quand l'air, rempli d'arômes des herbes, fait tourner la tête et accentue l'effet de ce magnifique édifice âgée de douze siècles. Le mausolée est situé à deux kilomètres de la rive droite de la rivière Karakengir, à proximité du village de Malchybai, dans la région de Karaganda. Vous pouvez facilement y accéder en demandant aux locaux quel chemin emprunter. Ayez de quoi vous ravitailler pendant votre voyage en prévoyant des provisions ou même en achetant des spécialités nationales.

Mausolée de Juchi Khan

En dépit du fait que Alash Khan et Juchi Khan sont des personnalités complètement différentes, certains historiens continuent tout de même de chercher des preuves historiques qui confirmerait une version toute autre. Comme ce genre de preuves, qui pourraient confirmer qu’il s’agit de la même personne, n’existent pas, nous vous parlerons du mausolée de Juchi Khan. Il a été érigé sur la tombe du fils aîné de Gengis Khan lui-même, le grand commandant et conquérant. Juchi était le fils bien-aimé de son redoutable père et lorsque ce dernier partagea ses territoires conquis, Juchi reçut la plus grande partie de la terre et de la gloire. Malheureusement, entre son trentième et son quarantième anniversaire, il a été vaincu et est mort six mois avant son père. C’est alors qu’ils ont commencé à construire ce magnifique mausolée, dont la qualité des briques impressionne même les constructeurs d’aujourd’hui. Le secret de leur fabrication n’est pas divulgué mais, selon une légende, l'argile aurait été fabriquée à l’aide de koumis (aïrag) et sa cuisson aurait été réalisée avec de la graisse de kurdyuk !

Le mausolée dans sa construction présente une puissante structure d’un portail-dôme qui, sous un soleil brûlant, fait briller la coupole d’un bleu ciel et la brique cuite d’un rouge-brun profond. À l’entrée, vous êtes accueillis par un haut portail orné de tuiles mosaïques tandis que les motifs à chevrons ne font qu’ajouter un air encore plus monumental à cette édifice. À l’intérieur, vous sentez un souffle de l’antiquité. La lumière rentre à travers des petits trous présents dans la coupole, cependant, malgré l’absence des fenêtres, l’intérieur est suffisamment illuminé pour ne pas vous effrayer, voire même au contraire pour vous apporter une certaine sérénité. Via l’escalier à gauche de l’entrée, vous pouvez monter sur l’édifice et admirer la vue âgée de mille ans, telle que l’ont vu nos ancêtres nomades.

Il est à noter:

Vous pouvez vous y rendre en excursion de groupe ou en voiture. Le mausolée est situé sur la rive gauche de Karakengir à 55 kilomètres au nord-est de Jezkazgan ou à 12 kilomètres du sovkhoze (ferme d’État) Sarykengir. L'excursion peut vous coûter entre 10 et 15 mille tenges (l’équivalent aujourd’hui d’environ 15 euros). Si vous vous déplacerez en voiture, les coûts seront minimes, cependant vous n’aurez pas accès aux histoires intéressantes et aux légendes folkloriques racontées par le guide.

Mausolée de Khoja Ahmed Yasavi

Le mazar de Khoja Ahmed Yasavi est également considéré comme autre monument culturel incroyable et joyau de l’architecture médiéval de l’Asie centrale. Le site a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO étant l’une des quatre constructions réalisées sous Tamerlan, Timour le Boiteux, dont les vestiges nous sont parvenus intacts depuis leur édification au 14ième siècle. De plus, des solutions architecturales des plus innovantes et ingénieuses pour l’époque ont été appliquées, initiant beaucoup de nouvelles techniques de construction et créant ainsi le style architectural unique de la région de la fin du Moyen Âge. Pour sa réalisation, les meilleurs artisans ont été invités des quatre coins de l’empire de Tamerlan, dont plusieurs noms nous sont parvenus à travers les signatures laissées sur les différentes parties des finitions et des décorations du mausolée.

Le bâtiment est aussi luxurieux de l’intérieur que monumental et riche depuis l’extérieur. Ici vous trouverez des charnières de portes incrustées d’argent, des lourdes lampes en bronze et même le symbolique gigantesque chaudron en bronze. La décoration orientale impression par la sobriété de ses couleurs. Le nombre de salles est important et sont utilisées à des fins diverses. 36 chambres et salles au total pour les réunions, les débats, les rituelles, les lectures communes. Le bâtiment compte aussi une bibliothèque, une salle d’eau, un réfectoire et des chambres pour les imams.

Il est à noter:

Le mausolée est situé sur le territoire du Turkestan moderne dans l’oblys du Kazakhstan-Méridional. Vous pouvez prendre le bus ou un taxi depuis la gare routière Altyn Orda pour vous y rendre, la distance étant d'environ 3 km. C’est une option pour ceux qui veulent voyager avec un minimum de dépenses. Le billet d'entrée coûte un peu plus que les frais de voyage, c’est à dire environ 200 tenges. Tous ceux qui ont visité le mausolée ont, eu à leurs premiers instants sur place, l’impression de s’immerger dans le passé, comme si projetés dans un conte de fée oriental.

Mausolée d'Arystan Baba

L’histoire qui relate l’apparition du mausolée de Khoja Ahmet Yasavi est étroitement liée avec le celui d’Arystan Baba puisqu’il était le mentor spirituel et religieux de Yasavi. Il a joué un rôle crucial en rapprochant Yasavi de la connaissance divine, ce qui a plus tard permis à ce dernier de fonder la plus grande communauté soufie en Asie centrale. Selon plusieurs légendes, la construction du mausolée de Yasavi connue plusieurs échecs à ses débuts, jusqu’au jour où Tamerlan vit dans un de ses rêves qu’il faut d’abord rendre hommage à Arystan Baba, car sans le mentor il n’aurait pas eu de disciple qui aurait " apporté la lumière de l’Islam dans les steppes ". C’est ainsi que son mausolée fut construit au 12ième siècle.

Néanmoins, il n’apparaît pas aujourd’hui comme à son état d’origine. Il a été initialement détruit suite à l’invasion de la ville d’Otrar. Après sa reconstruction, il a été victime d’un tremblement de terre au 15ième siècle. En 1971, après une énième démolition, il a acquis sa forme actuelle, telle qu’on peut l’admirer aujourd’hui. Ce majestueux édifice a été construit de briques cuites rougeâtres. La façade principale a été décorée de petits minarets, de figures en briques et d’une ogivale profonde. Le mausolée est composé du tombeau, où se trouve le corps du saint, et d’une mosquée. Les pèlerinages en direction de Yasavi commencent toujours ici, car il faut rendre hommage à son mentor, Arystan Baba.

Il est à noter:

Vous pouvez vous rendre au mausolée depuis la ville de Chimkent d’où l’on peut vous proposer des visites guidées et d’où partent les transports en commun. Le prix d’entrée est symbolique, vos principales dépenses seront donc à prévoir pour le voyage et l'hébergement.

Mausolée d'Aysha Bibi

L'histoire qui entoure l’édification de ce mausolée peut être qualifiée comme étant à la fois la plus romantique et la plus tragique. Son passé est enveloppé de légendes et de magie. Même jusqu’aujourd’hui, des familles entières viennent du monde entier pour demander paix, amour éternel et harmonie.

Selon la légende, il était une fois Aisha Bibi, la fille d’un bai (homme riche) appelé Khakim Ata, et Karakhan, un chef d’une lignée non noble. Lorsque leurs regards se sont croisés, ils sont tombés fou amoureux l’un de l’autre. Cependant, le père d’Aisha était catégoriquement contre une telle alliance. Abattu, Karakhan rentra sur ses terres natales tandis que la jeune Aisha, pour qui la séparation fut insoutenable, décida de s’enfuir de la maison de son père sous couvert de la nuit avec sa nourrice Babadja. En apprenant la nouvelle, le père maudit les amants promettant qu’ils ne se réuniront jamais, et c’est ce qui arriva. Au bout de sa route, Aisha fut mordue par un serpent venimeux. Karakhan couru à sa rescousse mais en vain. Néanmoins, les jeunes réussirent tout de même à se marier. Après la mort d’Aisha Bibi, Karakhan, désemparé, érigea ce magnifique mausolée avec une beauté architecturale exquise étonnant tous ceux qui la visitent la première fois. Karakhan apportait 5 roses écarlates tous les matins confessant son amour éternel à Aisha jusqu’à sa propre mort. Il ordonna à ce que sa propre tombe soit construite d’une manière à ce qu’il puisse visiter le tombeau de sa bien-aimée même après sa mort.

Aujourd’hui, les nouveaux mariés de la ville de Taraz et des environs viennent visiter les mausolées d’Aisha Bibi et de Karakhan le jour de leur mariage afin de recevoir leur bénédiction pour un long et heureux mariage. Une merveilleuse tradition qui remplit le cœur de chaleur et renforce la foi en l’amour éternel ce qui attire chaque année beaucoup de touristes, le rendant l’un des monuments historiques les plus visités du pays.

Il est à noter:

Le mausolée est situé à seulement 18 kilomètres de la ville de Taraz, dans le village d'Aisha Bibi, dans la région de Jambìl. Vous pouvez vous y rendre seuls mais la route pourrait vous déplaire, i.e. de mauvaise qualité. Vous pouvez également partir avec un guide en excursion de groupe, l’occasion de visiter d’autres lieux saints. Tout dépend de votre budget et de vos possibilités. Le plus économique sera bien sûr de voyager en voiture car la visite des sanctuaires est presque gratuite, ainsi toutes vos dépenses seront réservées principalement pour la route, l’hébergement et la nourriture. Néanmoins, les visites guidées ont un certain avantage, vous en apprendrez davantage certainement, à condition que le guide connaisse bien l’anglais. À vous de voir.

Cet article est dédié à tous les amoureux de l’histoire du peuple kazakh, des anciennes légendes et des anciennes croyances. Les merveilleuses structures sous forme de dôme, de voûtes, de minarets ainsi que les motifs exquis, les ornements et les écritures murales apparaissent comme décrits dans les contes de fées orientaux. Elles fascinent les touristes et les incitent à revenir visiter ces lieux sacrés. Vous pouvez vous fier à notre liste, si jamais, vous décidez de venir visiter notre pays. Croyez-nous, en visitant l’un des mausolées cités ci-dessus, vous ferez tout votre possible pour voir tous les autres.